Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2018
Dernière mise à jour :
mercredi 4 septembre 2019
Statistiques éditoriales :
234 Articles
3 Brèves
Aucun site
6 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
0 hier
714398 depuis le début
     
Octobre 2018 - Fusionner St-Egrève -Le Fontanil -St-Martin-Le-Vinoux : une drôle d’idée ?
dimanche 6 janvier 2019

popularité : 3%

En 3 ans, environ 1300 communes se sont regroupées sous l’impulsion de la loi NOTRe de 2015. Le nombre de communes françaises est ainsi passé de 36 681 à presque 35 000.

La France a trop de communes, comparée aux autres pays de l’Union Européenne. Cet argument est-il suffisant pour envisager un rapprochement de ces communes ? Evidemment non.

Alors, pourquoi aborder ce sujet ? Outre l’incitation financière, plusieurs arguments pourraient jouer en faveur d’un rapprochement :

  Beaucoup de nos services publics locaux sont déjà partagés. Le SIVOM du Néron s’occupe depuis longtemps du sport à travers la gestion des équipements et la réalisation de la piscine. Il en va de même de l’emploi et la formation avec la MEEN.

Depuis peu, le Département encourage les écoles de musique à travailler ensemble et verse des subventions spécifiques pour cela.

Sur le volet de la prévention de la jeunesse, le territoire d’intervention est déjà intercommunal : St-Egrève et SMLV. S’agissant de la police municipale, elle intervient désormais au Fontanil. On pourrait multiplier les exemples : les associations saint-égrévoise ont des adhérents des communes voisines et agissent aussi en dehors de St-Egrève.

  De nombreuses compétences communales sont passées à la Métropole, et le mouvement va continuer : voirie, transports, eau, déchets, développement économique, urbanisme.

  Se rassembler, c’est aussi se donner la capacité de peser davantage au sein de la Métropole. Si de ce côté de l’agglomération nous devons, au même titre que Grenoble ou les autres grosses communes, prendre notre part dans la construction d’un destin commun, faire reconnaitre et défendre nos spécificités s’avèrerait plus efficace en étant plus unis.

Bien-sûr, une éventuelle fusion des communes ne devrait pas signifier la disparition des cultures spécifiques de chacune. Le respect des histoires particulières devrait être intégré. L’objectif qui nous guiderait est le bénéfice pour les habitants en termes de qualité de vie et de service public de proximité.